Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/306

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ces circonstances l’abondance de l’argent ne manquera pas de diminuer le prix de l’interêt, autant qu’elle augmentera le prix des denrées & des marchandises dans le troc. Voilà ce qui arrive d’ordinaire dans les Républiques qui n’ont guere de fond ni de terres considérables, & qui ne s’enrichissent que par le commerce étranger. Mais dans les États qui ont un grand fond & des Propriétaires de terres considérables, l’argent qui s’introduit par le commerce avec l’Étranger augmente leur rente, & leur donne moïen de faire une grande dépense qui entretient plusieurs Entrepreneurs & plusieurs Artisans, outre ceux qui maintiennent le commerce avec l’Étranger : cela soutient toujours un haut interêt, malgré l’abondance de l’argent.

Lorsque les Seigneurs & les