Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/307

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Propriétaires de terres se ruinent par leurs dépenses extravagantes, les prêteurs d’argent qui ont des hypotheques sur leurs terres, en attrapent souvent la propriété absolue ; & il peut bien arriver dans l’État que les prêteurs soient créanciers de beaucoup plus d’argent qu’il n’y en circule : auquel cas on peut les regarder comme Propriétaires subalternes des terres & des denrées qu’on hypotheque pour leur sureté. Que si cela n’a pas lieu, leurs capitaux se perdront par les banqueroutes.

De même on peut considérer les Propriétaires des Actions & des fonds publics, comme Propriétaires subalternes des revenus de l’État qu’on emploie à païer leurs interêts. Mais si la législature étoit obligée par les besoins de l’État d’emploïer ses revenus à d’autres usages, les