Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/308

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Actionnaires ou Propriétaires de fonds publics perdroient tout, sans que l’argent qui circule dans l’État fût diminué pour cela d’un seul liard.

Si le Prince ou les Administrateurs de l’État veulent regler le prix de l’interêt courant par des loix, il faut en faire le réglement sur le pié du prix courant du Marché dans la plus haute classe, ou approchant : autrement la loi sera inutile, parceque les Contractans, qui suivront la regle des altercations, ou le prix courant reglé par la proportion des Prêteurs aux Emprunteurs, feront des marchés clandestins ; & cette contrainte de la loi ne servira qu’à géner le commerce & à hausser le prix de l’interêt, au lieu de le fixer. Autrefois les Romains, après plusieurs loix pour restreindre l’interêt, en firent une autre pour défendre