Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/322

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pens de produit, puisque le vin de Champagne qu’ils boivent épargne plus de quatre mille arpens qu’ils emploieroient vraisemblablement à produire de la biere pour leur boisson, s’ils ne louvoient pas de vin. Cependant la dentelle avec laquelle on paie tout cela, ne couse aux Brabançons que le quart d’un arpent de lin. Ainsi avec un arpent de produit, conjointement à leur travail, les Brabançons paient plus de seize mille arpens aux François conjointement à un moindre travail. Ils retirent une augmentation de subsistance, & ne donnent qu’un instrument de luxe qui n’apporte aucun avantage réel à la France, parceque la dentelle s’y use & s’y détruit, & qu’on ne peut l’échanger pour quelque chose d’utile après cela. Suivant la regle intrinseque des valeurs, la terre qu’on emploie en Champagne pour la produc-