Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/331

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à ces Amériquains en ouvrages de fer, d’acier, &c. & non en argent, c’est un commerce qui n’est pas nuisible à l’Europe, d’autant plus qu’il entretient des Ouvriers & particulierement des Matelots, qui dans les besoins de l’État sont très utiles, au lieu que le commerce des Manufactures des Indes orientales, emporte l’argent & diminue les Ouvriers de l’Europe.

Il faut convenir que le commerce des Indes orientales est avantageux à la République de Hollande, & qu’elle en fait tomber la perte sur le reste de l’Europe en vendant les épices & Manufactures, en Allemagne, en Italie, en Espagne & dans le Nouveau Monde, qui lui rendent tout l’argent qu’elle envoie aux Indes & bien au-delà : il est même utile à la Hollande d’habiller ses femmes & plu sieurs autres habitans, des Manufactu-