Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/332

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


res des Indes, plutôt que d’étoffe d’Angleterre & de France. Il vaut mieux pour les Hollandois enrichir les Indiens que leurs voisins, qui pourroient en profiter pour les opprimer : d’ailleurs ils vendent aux autres habitans de l’Europe les toiles & les petites Manufactures de leur crû, beaucoup plus cher qu’ils ne vendent chez eux les Manufactures des Indes, qui s’y consomment.

L’Angleterre & la France auroient tort d’imiter en cela les Hollandois. Ces Roïaumes ont chez eux les moïens d’habiller leurs femmes, de leur crû ; & quoique leurs étoffes reviennent à un plus haut prix que celles des Manufactures des Indes, ils doivent obliger leurs habitans de n’en point porter d’étrangeres ; ils ne doivent pas permettre la diminution de leurs ouvrages & de leurs Manufactures, ni se mettre dans la dépendance des