Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/363

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


merce est contre l’Angleterre. Ceci ne se connoîtroit pas s’il n’y avoit pas une défense en Angleterre d’envoïer des especes d’or hors du Roïaume : mais cette défense est cause que les Banquiers timides à Londres aiment mieux acheter les matieres d’or, (qu’il leur est permis de transporter dans les païs étrangers) à trois livres dix-huit schelings jusqu’à quatre livres sterling l’once, pour les envoïer chez l’Étranger, que d’y envoïer les guinées ou especes d’or monoïées à trois livres dix-huit schelings, contre les loix, & au hasard de confiscation. Il y en a pourtant qui s’y hasardent, d’autres fondent les especes d’or, pour les envoïer en guise de matieres, & il n’est pas possible de juger de la quantité d’or que l’Angleterre perd, lorsque la balance générale du commerce est contre elle.

En France on déduit les frais