Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/372

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


droit pour ses besoins, & ces métaux n’auroient presque point de valeur. Les métaux qui se trouvent les plus abondans & qui coutent le moins de peine à produire, sont aussi ceux qui sont à meilleur marché. Le fer paroît le plus nécessaire ; mais comme on le trouve communément en Europe, avec moins de peine & de travail que le cuivre, il est à bien meilleur marché.

Le cuivre, l’argent & l’or, sont les trois métaux dont on se sert communément pour monnoie. Les Mines de cuivre sont les plus abondantes & coutent le moins de terre & de travail à produire. Les plus abondantes Mines de cuivre sont aujourd’hui en Suede : il y faut plus de quatre-vingts onces de cuivre au Marché pour païer une once d’argent. Il est aussi à remarquer que le cuivre qu’on tire de certaines Mines est plus parfait &