Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/378

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


jours reglée sur le poids & sur le titre ; c’est-à-dire, sur le poids seul, si ces métaux sont purs & sans alliage.

Les Mines d’argent se sont toujours trouvées plus abondantes que celles de l’or, mais non pas également dans tous les païs, ni dans tous les tems : il a toujours fallu plusieurs onces d’argent pour païer une once d’or ; mais tantôt plus tantôt moins, suivant l’abondance de ces métaux & la demande. L’an de Rome trois cent dix, il falloit en Grece treize onces d’argent pour païer une once d’or, c’est-à-dire, que l’or étoit à l’argent comme 1à 13 ; l’an quatre cent ou environ, comme 1 à 12 ; l’an quatre cent soixante, comme 1 à 10, tant en Grece qu’en Italie, & par toute l’Europe. Cette proportion d’1 à 10 paroît avoir continué constamment pendant trois siecles jusqu’à la