Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/379

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mort d’Auguste, l’an de Rome sept cent soixante-sept, ou l’an de grace quatorze. Sous Tibere, l’or devint plus rare, ou l’argent plus abondant, la proportion a monté peu-à-peu à celle de 1 à 12, 12 1/2 & 13. Sous Constantin l’an de grace trois cent trente, & sous Justinien cinq cent cinquante, elle s’est trouvée comme 1 à 14 2/5. L’histoire est plus obscure depuis ; quelques-uns croient avoir trouvé cette proportion comme 1 à 18, sous quelques Rois de France. L’an de grace huit cent quarante, sous le regne de Charles le Chauve, on fabriqua les monnoies d’or & d’argent sur le fond, & la proportion se trouva comme 1 à 12. Sous le regne de Saint Louis, qui mourut en mil deux cent soixante & dix, la proportion étoit comme 1 à 10 ; en mil trois cent soixante-un, comme 1 à 12 ; en mil quatre