Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/387

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les frais d’un si penible & long voïage, il vaut mieux rapporter des marchandises du Japon, contre l’argent que de rapporter l’or. Il n’y a que les frais & risques du transport de l’or & de l’argent qui puissent laisser une différence de proportion entre ces métaux dans des États différens ; dans l’État le plus prochain cette proportion ne différera guere, il y aura de différence, d’un État à l’autre, un, deux ou trois pour cent, & d’Angleterre au Japon la somme de toutes ces différences de proportion se montera au-delà de quatre-vingt-sept pour cent.

C’est le prix du Marché qui décide la proportion de la valeur de l’or à celle de l’argent : le prix du Marché est la base de cette proportion dans la valeur qu’on donne aux especes d’or & d’argent monnoïées. Si le prix du Marché varie considérable-