Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/388

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ment il faut réformer celui des especes monnoïées pour suivre la regle du Marché; si on néglige de le faire, la confusion & le desordre se mettent dans la circulation, on prendra les pieces de l’un ou de l’autre métal à plus haut prix que celui qui est fixé à la Monnoie. On en a une infinité d’exemples dans l’antiquité; on en a un tout récent en Angleterre par les loix faites à la Tour de Londres. L’once d’argent blanc, du titre d’onze deniers de fin, y vaut cinq schellings & deux deniers ou peniques sterling : depuis que la proportion de l’or à l’argent (qu’on avoit fixée à l’imitation de l’Espagne comme 1 à 16) est tombée comme 1 à 15 & 1 à 14 1/2, l’once d’argent se vendoit à cinq schellings & six deniers sterling, pendant que la guinée d’or continuoit d’avoir toujours cours à vingt-un schelings & six