Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/405

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que des marchandises qu’ils en tirent à vil prix.

La France est partout la duppe de ces operations, elle paie des prix bien hauts pour les marchandises étrangeres lors des diminutions, elle les revend à vil prix lors de l’augmentation aux mêmes Etrangers : elle vend à vil prix ses propres marchandises, qu’elle avoit tenues si haut lors des diminutions, ainsi il seroit difficile que toutes les especes qui sont sorties de France lors des diminutions y puissent rentrer lors de l’augmentation.

Si l’on falsifie les especes de la nouvelle fabrique chez l’Étranger, comme cela arrive presque toujours, la France perd les vingt pour cent que le Roi établit pour la taxe de la monnoie c’est autant de gagné pour l’Étranger, qui profite en outre du bas prix des Marchandises en France.