Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/429

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


peut monter à huit millions d’onces d’argent, l’utilité de la Banque correspond au dixieme de cet argent.

Une Banque nationale dans la Capitale d’un grand Roïaume ou État, semble devoir moins contribuer à l’utilité de la circulation, à cause de l’éloignement de ses Provinces, que dans un petit État ; & lorsque l’argent y circule en plus grande abondance que chez ses Voisins, une Banque nationale y fait plus de mal que de bien. Une abondance d’argent fictif & imaginaire cause les mêmes désavantages, qu’une augmentation d’argent réel en circulation, pour y hausser le prix de la terre & du travail, soit pour encherir les ouvrages & Manufactures au hasard de les perdre dans la suite : mais cette abondance furtive s’évanouit à la premiere bouffée de discrédit, & précipite le désordre.