Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lorsqu’il fait des emprunts assurés sur les terres : il peut même vivre bien mieux que les Propriétaires de petites terres, & même acheter la propriété de quelques-unes.

Mais les denrées & les marchandises, même l’or & l’argent, sont bien plus sujets aux accidens & aux pertes, que la propriété des terres ; & de quelque façon qu’on les ait gagnées ou épargnées, on les a toujours tirées du fond des Propriétaires actuels, soit par gain, soit par épargne des gages destinés à sa subsistance.

Le nombre des Propriétaires d’argent, dans un grand État, est souvent assez considérable ; & quoique la valeur de tout l’argent qui circule dans l’État n’excede guere la neuvieme ou la dixieme partie de la valeur des denrées qu’on tire actuellement de la terre, néanmoins comme les Propriétaires d’argent prêtent des sommes considérables dont