Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/97

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


leur fait quartier, ils auront soin l’année suivante d’avoir moins de blé & plus de laine ; car les Fermiers ont toujours soin d’emploïer leurs terres au produit des denrées, qu’ils jugent devoir rapporter le plus haut prix au Marché. Mais si dans l’année suivante ils avoient trop de laine & trop peu de grains pour la consommation, ils ne manqueront pas de changer d’année en année l’emploi des terres, jusqu’à ce qu’ils puissent parvenir à proportionner à-peu-près leurs denrées à la consommation des Habitans. Ainsi un Fermier qui a attrapé à-peu-près la proportion de la consommation, mettra une portion de sa ferme en Prairie, pour avoir du foin, une autre pour les grains, pour la laine, & ainsi du reste ; & il ne changera pas de méthode, à moins qu’il ne voie quelque variation considérable dans la consommation ; mais