Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quels on les emploïoit auparavant.

Car si quelques-uns des Fermiers semoient dans leur Ferme ou portion de terre plus de grains qu’à l’ordinaire, il faudra qu’ils nourrissent un plus petit nombre de Moutons, & qu’ils aient moins de laine & moins de viande de mouton à vendre ; par conséquent il y aura trop de grains & trop peu de laine pour la consommation des Habitans. Il y aura donc cherté de laine, ce qui forcera les Habitans à porter leurs habits plus longtems qu’à l’ordinaire ; & il y aura grand marché de grains & un surplus pour l’année suivante. Et comme nous supposons que le Propriétaire a stipulé en argent le paiement du tiers du produit de la Ferme, qu’on doit lui païer, les Fermiers qui ont trop de blé & trop peu de laine, ne pas en état de lui païer sa rente. S’il