Page:Caouette - Le vieux muet ou un Héros de Châteauguay, 1901.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 25 —

n’y en a pas ! Je vous prie, encore une fois, de m’excuser, monsieur, et veuillez entrer.

— Vous êtes madame Châtigny, n’est-ce pas ?

— Oui monsieur, pour vous servir. Prenez une chaise.

— On me dit que vous tirez aux cartes ?

— Oh ! oui, monsieur ; la cartomancie est un art que je pratique depuis quarante ans, à la satisfaction de tous ceux qui me font l’honneur de me consulter. Je possède aussi, sur le bout du doigt, la géomancie, la chiromancie, la physiognomonie…

— Pas possible ! s’écrie le père Latourelle, tout ébahi d’entendre prononcer ces grands mots, dont il ne comprend pas la signification. Alors, madame, vous êtes une savante ?

— Sans me vanter, monsieur, je crois pouvoir dire, sur le passé, le présent et l’avenir, tout ce qui peut intéresser mes honorables clients.

— Eh bien ! parlez sur ce qui m’intéresse dans le moment.

— Avec plaisir, monsieur, mais ma règle est d’exiger d’avance la minime rétribution de cinquante cents.

— Cinquante cents ! gémit le père Latourelle, en faisant une grimace ; vous n’y pensez pas ! Je vas vous donner vingt-cinq cents.

— Je n’ai qu’un seul prix, monsieur !

Il fallait donc s’exécuter. Le père Latourelle présenta deux pièces de vingt-cinq cents,