Page:Caouette - Le vieux muet ou un Héros de Châteauguay, 1901.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 37 —


PREMIÈRE PARTIE.

----

LA FAMILLE LORMIER

----


Avec la bienveillante permission du lecteur, nous remonterons à la source de cette histoire et ferons connaître l’origine, la jeunesse et les antécédents de ce personnage mystérieux que la population de Saint-Sauveur avait surnommé le Vieux muet ou le Bon sauvage de la grève.

Dans une de nos belles paroisses du district de Montréal qui bordent le majestueux Saint-Laurent, vivait, en 1812, une famille de cultivateurs composée du père, de la mère, de deux garçons et de deux filles.

Pour ne pas blesser les susceptibilités des alliés de cette famille, dont plusieurs demeurent encore au Canada, nous la désignerons sous le nom fictif de Lormier.

Habitant la paroisse Sainte-R…, depuis son enfance, le père de notre héros y avait acquis à cinq arpents de l’église, un lopin de terre sur lequel il élevait modestement sa famille.