Page:Caouette - Le vieux muet ou un Héros de Châteauguay, 1901.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 44 —

L’histoire a donné à l’administration despotique de Craig le nom de « Règne de la terreur. »

Ce stupide tyran quitta le Canada en juin 1811.

Saluez avec respect, lecteur, le nom de son successeur : sir George Prévost !

Au début de son administration, il se montra courtois, libéral et généreux envers nos compatriotes, et s’efforça de réparer les injustices commises sous le règne de Craig.

De tels procédés lui attirèrent bientôt l’estime et le respect des Canadiens-français, qui ne demandaient qu’à être traités comme des hommes libres et non comme des esclaves !

L’Angleterre, d’ailleurs, avait plus besoin que jamais de compter sur l’appui des Canadiens-français. Car, étant en guerre avec la France et les États-Unis, elle redoutait une nouvelle invasion américaine.

Les Américains, eux, se dirent qu’ils pouvaient maintenant compter sur le concours des Canadiens-français, d’abord parce que ceux-ci avaient souffert de la tyrannie de Craig, et ensuite parce que leur mère-patrie, la France, faisait cause commune avec les États-Unis. Et, convaincus que les circonstances se prêtaient bien à une nouvelle tentative de conquête, ils lancèrent sur notre pays, en juin 1812, sous les ordres du général Dearborn, trois armées différentes.