Page:Capelle - La Clé du caveau, 1811.djvu/413

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


J’ai toujours, Bacchus (voyez nous nous marirons dimanche).
J’ai vu la meûnière en passant (voyez air de la meûnière).
J’ai vu le parnasse des dames 242
J’ai vu partout dans mes voyages (air primitif de L. Jadin.) 244
——— Air fait sur les mêmes paroles, par Plantade 243
J’aimais sur-tout à la maison (voyez puisque l’objet de vos regrets).
J’aime ce mot de gentillesse, ou que n’avons-nous la verve heureuse 245
J’aime Rosette à la folie 246
J’aime une ingrate beauté 247
J’aimons les filles (voyez vive Henri quatre).
Jamais je n’oublierai, ou votre pavillon m’enchante 248
Jardinier, ne vois-tu pas ? (voyez air des fraises).
J’arrive à pied de province 249
J’arrive ici de Rome 250
J’attendais dans l’impatience 252
J’aurai bientôt quatre-vingts ans 251
J’avais à peine dix-sept ans 253
J’avais égaré mon fuseau 254
J’commençons à m’apercevoir, ou comme faisaient nos pères 255
J’courons de la brune à la blonde (voyez courons de la brune à la blonde.)
Jean de la Réole, mon ami 256
Jeaneton prend sa faucille 257
Je brûle de voir ce château, ou dès qu’on y pense, dès qu’on y touche 259