Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Dame JAQUELINE.

De votre travail ? & pourquoi tant travailler ?


M. DUBUT.

Il faut bien être utile au Public, tant qu’on le peut.


Dame JAQUELINE.

Et vous vous tuez presque toujours pour rien : à votre place, je ne travaillerois que pour ceux qui me payeroient bien.


M. DUBUT.

Mais, Dame Jaqueline, il faut aider les malheureux qui n’ont pas dequoi.


Dame JAQUELINE.

Oui, ceux-là : mais il vous vient tous les jours des paysans, qui font les pauvres, pour ne vous rien donner ; & vous êtes la dupe de cela, vous.


M. DUBUT.

On n’est jamais dupe, en faisant le bien.


Dame JAQUELINE.

C’est peut-être beau, ce que vous dites-là ; mais cela ne rapporte rien. Pourquoi ne pas faire comme vos Confreres ? Toutes les fois qu’on vient les consulter, ils attrapent tou-