Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


jours quelque chose, pied ou aîle, n’importe, & voilà comme on fait une bonne maison.


M. DUBUT.

Mais, j’ai assez de bien pour moi.


Dame JAQUELINE.

On n’en a jamais trop, il faut amasser ; on ne sait pas ce qu’il peut arriver.


M. DUBUT.

Il ne faut pas se méfier de la Providence, Dame Jaqueline.


Dame JAQUELINE.

Je sais bien qu’on dit cela ; mais il ne faut pas refuser non plus ce qu’elle nous envoye ; il ne faut pas jeter à ses pieds ce qu’on tient dans ses mains.


M. DUBUT.

Oui, oui, vous avez raison. Donnez-moi mon habit.


Dame JAQUELINE.

Le voilà, le voilà. Vous ne ferez rien de tout ce que je vous dis là ?


M. DUBUT, mettant son habit.

Si, si, ne vous embarrassez pas. Ma cravate ?