Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/133

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



----

Scène XI.

M. DUBUT, Dame JAQUELINE, GROS-PIERRE, VINCENT.



Dame JAQUELINE.

Tenez, Monsieur l’Avocat, le voilà Gros-Pierre ; il n’étoit pas encore parti.


GROS-PIERRE.

Est-ce que vous avez quelque chose à me dire, Monsieur l’Avocat ?


M. DUBUT.

Eh ! oui, vraiment, j’ai songé à ton affaire, & j’ai trouvé ici…


GROS-PIERRE.

Quoi, Monsieur l’Avocat ?


M. DUBUT.

Que tu pourrois bien…


GROS-PIERRE.

Avoir mon pré ?


M. DUBUT.

Oui, s’il n’y a jamais eu de haye qui ait séparé ces deux héritages.


GROS-PIERRE.

Non, Monsieur l’Avocat, je suis bien sûr