Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/137

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Dame JAQUELINE.

Si tu ne t’étois pas moqué de moi, tantôt, avec ton lievre, nous ne nous moquerions pas de toi, à présent.


GROS-PIERRE.

Je parie que c’est vous, Dame Jaqueline, qui avez conseillé à Monsieur l’Avocat de me faire ce tour-là.


Dame JAQUELINE.

Eh bien ! c’est vrai, Gros-Pierre.


M. DUBUT.

Tu en es quitte à meilleur marché, que si tu plaidois.


GROS-PIERRE.

Oh ! je n’en suis pas fâché à cause de vous, mais à cause d’elle.


VINCENT.

Moi, j’en suis bien-aise, parce que tu n’as pas voulu me croire. Allons, allons-nous-en.


M. DUBUT.

Adieu, mes amis, votre serviteur.


GROS-PIERRE.

Adieu, Monsieur l’Avocat, je ne croirons plus jamais que votre première parole. (Ils sortent.)