Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’honneur de m’aimer véritablement comme vous le dites, pourquoi vous affligez-vous ?


Mlle JANNETON.

Ah, M. Dubois, si vous saviez !…


M. DUBOIS.

Comment ! ne me trouvez-vous pas un assez bon parti ? Ma place de Commis de la Barriere me vaut, pourtant, six cents francs par an.


Mlle JANNETON.

Je le sais bien ; mais ma chere mere ne vous connoît pas.


M. DUBOIS.

Ce n’est pas ma faute ; & si vous le vouliez, elle me connoîtroit bientôt.


Mlle JANNETON.

Si j’étois sûre qu’elle pût penser comme moi, Monsieur, vous n’auriez rien à craindre.


M. DUBOIS.

Comment, rien à craindre ? Croyez-vous que je puisse avoir peur ? vous ne me connoissez pas. Vous me faites trembler, Mademoiselle Janneton.


Mlle JANNETON.

Mais, par exemple, si elle vouloit me marier à un autre que vous.