Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



M. DUBOIS.

Ah, cela devient différent ; mais je ne le crois pas.


Mlle JANNETON.

Cela n’est pourtant que trop vrai.


M. DUBOIS.

Comment ?


Mlle JANNETON.

Je ne sais si vous connoissez M. Discret, l’Écrivain, qui demeure là, vis-à-vis de chez nous ?


M. DUBOIS.

Je ne l’ai jamais vu.


Mlle JANNETON.

Eh bien ! c’est à lui que ma chere mere veut me marier.


M. DUBOIS.

A lui ? & l’aimez-vous ?


Mlle JANNETON.

Si je l’aimois, je ne vous aimerois pas.


M. DUBOIS.

Ah ! c’est vrai ; comment ferons-nous ?


Mlle JANNETON.

Je n’en sais rien ; car ma chere mere lui a donné sa parole, & il y compte, & voilà