Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



M. DEGRANTIER.

On n’en sait rien, ainsi n’en parlez pas.


M. DUPONT.

Je sais bien que Madame votre mere s’intéresse pour eux ; & je lui ai dit qu’ils n’étoient pas dans le cas qu’on leur fît de grace.


M. DEGRANTIER.

Vous avez bien fait ; mais Madame de Franville m’a dit qu’elle se brouilleroit avec moi, si je ne finissois pas cela, comme elle le desire ; ainsi, vous voyez bien…


M. DUPONT.

Il n’y aura qu’à faire accroire à Madame votre mere que c’est à sa considération.


M. DEGRANTIER.

Sans doute.


M. DUPONT.

Monsieur veut-il signer cette délibération d’hier ?


M. DEGRANTIER.

Oui, donnez. (Il signe.)


M. DUPONT.

J’ai répondu au Receveur d’Etampes, qu’il faut qu’il fasse des poursuites.