Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/156

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



M. DEGRANTIER.

Mais, Madame, je ne peux pas faire l’impossible.


Mad. DEVILLEMARE.

Ma mere vous en parlera, je vous en avertis.


M. DEGRANTIER.

Ma mere me tourmente toujours ; tenez : Monsieur Dupont peut vous dire qu’il y a deux des ses Protégés, à qui je sauve aujourd’hui les galeres.


Mad. DEVILLEMARE.

Bon, voilà une belle misere ! mon Frere, si vous pouviez, vous me feriez plaisir ; d’ailleurs vous connoissez celui pour qui nous demandons.


M. DEGRANTIER.

Qui est-ce ?


Mad. DEVILLEMARE.

Monsieur Demérin.


M. DEGRANTIER.

Demérin ?


Mad. DEVILLEMARE.

Oui, il est là, dans votre antichambre.


M. DEGRANTIER.

Ah bien ! j’arrangerai cela avec lui.