Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/155

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



M. DEGRANTIER.

Oui, comme les femmes s’aiment.


Mad. DEVILLEMARE.

Vous ne le croyez pas ; cependant rien n’est plus vrai, je l’aime beaucoup, moi. Il y a un homme, pour qui elle s’intéresse vivement ; je me suis chargée de vous demander, pour lui, un Entrepôt de tabac qui est vacant, & que vous…


M. DEGRANTIER.

Il est donné.


Mad. DEVILLEMARE.

Mais il y a un Grenier à sel ?


M. DEGRANTIER.

Tout cela est donné.


Mad. DEVILLEMARE.

Mais son pere doit vous écrire aussi.


M. DEGRANTIER.

Le Pere de la Marquise ?


Mad. DEVILLEMARE.

Oui, vous ne pouvez pas le refuser.


M. DEGRANTIER.

Pourquoi cela ? Il n’est plus en place.


Mad. DEVILLEMARE.

Ah ! mon frere… un homme comme lui !