Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/181

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



M. PILLIER.

Oui, avec les pompes qu’il y a à présent, comment voulez-vous que cela arrive ?


Le GARÇON.

Oh ! il est vrai qu’il n’y a plus rien à craindre.


M. PILLIER.

Il y a des choses bien plus intéressantes que tout cela. Avez-vous entendu parler de l’Opéra ?


Le GARÇON.

De l’Opéra ?


M. PILLIER.

Oui, de l’Opéra ?


Le GARÇON.

Oui, Monsieur, on dit qu’il y en a un nouveau.


M. PILLIER.

Je le sais parbleu bien ; on ne veut pas donner des anciens.


Le GARÇON.

Mais les nouveaux ne dureront-ils pas davantage ?


M. PILLIER.

Eh non, vraiment ! malheureux Opéra ! & personne n’y pense !