Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/188

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



M. SANGLIER.

Eh bien ! voyons.


M. PILLIER.

Laissez-moi faire.


----

Scène III.

M. QU’IMPORTE, M. PILLIER, M. SANGLIER.



M. PILLIER.

On voit bien qu’il n’y a pas d’Opéra, Monsieur, aujourd’hui, sans quoi on ne vous verroit sûrement pas ici.


M. QU’IMPORTE.

Qu’importe ? Moi, je vais à l’Opéra, aux Italiens, aux François, cela m’est égal.


M. SANGLIER.

Mais s’il n’y avoit pas d’Opéra, cependant, vous en seriez fâché ?


M. QU’IMPORTE.

Qu’importe ? Il y auroit autre chose, ou bien j’irois à la promenade ces jours-là, ou je ferois des visites.


M. PILLIER.

Mais vous n’entendriez plus de bonne musique françoise.