Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/190

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



M. QU’IMPORTE.

Qu’importe ? que vous le pensiez ou non ? Cela n’en est pas moins vrai.


M. PILLIER.

C’est une plaisanterie, & si vous ne vous connoissiez pas en musique, vous ne viendriez pas tous les jours à l’Opéra.


M. QU’IMPORTE.

Qu’importe ? Moi j’y vais pour voir le monde, pour causer ou me chauffer.


M. SANGLIER.

Quoi, Monsieur ! vous n’êtes pas affligé de voir qu’un Opéra est, à présent, presque tout sans paroles ?


M. QU’IMPORTE.

Qu’importe ? Je ne les ai jamais entendues.


M. PILLIER.

Comment ! vous causiez donc pendant qu’on chantoit ? Vous ne pouviez pas prendre d’intérêt au Poëme.


M. QU’IMPORTE.

Qu’importe ? Je n’ai que faire d’aller m’intéresser à tout cela, je sais seulement, en gros, qu’il y a deux Amans persécutés par deux personnes qui s’entendent ensemble, pendant toute