Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/199

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



M. SANGLIER.

Pour moi, rien ne me rassure.


M. PILLIER.

Je n’ai que l’espoir des anciens Opéra.


M. SANGLIER.

Voilà ce qu’il faudroit persuader de donner, aux Directeurs.


M. POINT-DU-TOUT.

Point du tout.


M. PILLIER.

Comment, Monsieur, vous ne le croyez pas ?


M. SANGLIER.

C’est s’aveugler, je vous assure, que de penser autrement.


M. POINT-DU-TOUT.

Point du tout, je ne m’aveugle point, & vous en conviendrez bien.


M. PILLIER.

Quand on n’a pas d’autres ressources : car vous en conviendrez bien.


M. POINT-DU-TOUT.

Point du tout : songez donc que vous avez cela, cela & cela ; tranquillisez-vous. Je vous souhaite bien le bonsoir. (Il s’en va.) Écoutez,