Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/229

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dire ; mais que je veux bien vous apprendre à présent, pour vous prouver à quel point vous avez tort. Vous savez combien ma mere aime à plaire ; mais vous ne savez pas quelle est la source de l’humeur qui s’est emparée d’elle depuis quelque temps ; c’est la crainte de vieillir qui la tourmente continuellement ; je lui ai entendu dire qu’elle ne concevoit pas comment une femme, encore jeune, pouvoit supporter le titre de grand’mere. Après cela, croyez-vous que l’idée de me voir vous épouser pourroit lui plaire ? non, elle n’y consentira jamais que lorsqu’elle y sera forcée, & brusquement, sans pouvoir espérer de l’empêcher.


Le CHEVALIER.

Ah ! quand on aime bien, il est si doux de le prouver, qu’on est moins occupé que vous ne l’étiez de toutes ces craintes.


Mlle DE PÉRAUDIERE.

Et quand on aime bien, se rebute-t-on si facilement, & se determine-t-on à en épouser un autre ? Croyez-vous que j’en eusse été capable ? non, jamais, je me serois reprochée jusqu’à cette pensée.