Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/237

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le CHEVALIER.

Vous n’avez pas besoin de le dire, Madame.


Mad. DE PÉRAUDIERE.

Si tout ce que je viens d’entendre est vrai, j’espère que je saurai quel est celui pour qui vous vous intéressez, Monsieur le Chevalier.


Mlle DE PÉRAUDIERE.

Quel qu’il soit, je jure bien qu’il ne sera jamais mon beau-pere.


Mad. DE PÉRAUDIERE.

Vous jurez bien, Mademoiselle, voyez un peu l’assurance : j’aurois presque envie de vous faire voir le contraire pour vous apprendre à parler : mais, hélas ! après la perte que j’ai faite de mon mari, il faudroit une ame bien sensible pour la réparer.


Mlle DE PÉRAUDIERE.

C’est ce que Monsieur le Chevalier dit aussi que vous trouveriez dans celui qui se propose ; c’est un homme qui veut être aimé avant que d’épouser, qui veut, pendant un an, éprouver celle qu’il aime, pour s’en assurer.


Mad. DE PÉRAUDIERE.

Mais vraiment ; c’est un homme très-délicat : c’est un trésor dans le siècle où nous sommes.