Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/238

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mlle DE PÉRAUDIERE.

C’est un homme fort peu empressé de vous avoir ; moi, je n’y vois que cela.


VICTOIRE.

Pour moi, je pense comme Mademoiselle.


Mad. DE PÉRAUDIERE.

Voilà, comme la jeunesse pense à présent. Monsieur, je veux absolument connoître cet homme-là.


Le CHEVALIER.

Madame, il seroit trop heureux de pouvoir réussir à vous plaire.


Mad. DE PÉRAUDIERE.

Il faut absolument que vous me rameniez.


Le CHEVALIER, embarrassé.

Madame… (Il regarde Mlle de Péraudiere.)


Mad. DE PÉRAUDIERE.

Vous avez beau chercher à lire dans les yeux de ma fille, si elle le trouve bon ; d’abord que je le desire, cela suffit.


Le CHEVALIER.

Jeferai ce que vous m’ordonnez, Madame.


Mad. DE PÉRAUDIERE.

Mais, en attendant, Monsieur le Chevalier,