Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/240

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le CHEVALIER, regardant Mlle de Péraudiere, qui lui fait signe de dire oui.

Oui, Madame. (A part.) Je ne sais où j’en suis.


Mad. DE PÉRAUDIERE.

La modestie avec laquelle vous vous annoncez, est d’un heureux présage : je ne suis point coquette ; mais je jurerois presque que vous êtes incapable de jamais tromper.


Le CHEVALIER.

Ah, Madame ! si vous saviez ce que cela me coûte !


Mad. DE PÉRAUDIERE.

Ce que cela vous coûteroit ! j’en suis persuadée ; tenez, Chevalier, votre trouble peint plus que tout ce que vous pourriez dire. Oui, Mademoiselle, voilà comme on aime, & comme on doit aimer ; mais vous n’êtes pas capable de concevoir toute cette délicatesse, vous.


Mlle DE PÉRAUDIERE.

Je n’ai pas autant d’expérience que vous, ma mere.


Mad. DE PÉRAUDIERE.

Pourquoi voulez-vous donc parler ? En