Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/241

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vérité, Chevalier, je crois que, pour vous convaincre de ma sensibilité, vous n’aurez pas besoin d’attendre un an.


Le CHEVALIER.

Madame, je ne suis pas accoutumé à me flatter de l’espoir d’être heureux, je l’ai dit à Mademoiselle ; & je n’ai pas l’honneur d’être assez connu de vous, Madame, pour espérer que vous puissiez penser long-temps aussi favorablement de moi.


Mad. DE PÉRAUDIERE.

Quand même vous auriez quelques défauts, je le suppose, chacun n’a-t-il pas les siens ? l’amour les fait disparoître ; & le desir de plaire corrige tout.


Mlle DE PÉRAUDIERE, souriant.

Il y a des choses dont on ne se corrige jamais.


Mad. DE PÉRAUDIERE.

Oui, vous, qui êtes opiniâtre, qui voudriez peut-être vous opposer aux desirs de Monsieur le Chevalier, & qui seriez trop heureuse de lui ressembler ; oui, Monsieur le Chevalier, je ne veux plus que nous nous quittions : vous êtes un exemple pour ma fille,