Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/260

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



M. DU PARC.

Ah ! la fille de Monsieur des Foins, votre Major.


M. DE S. BRICE.

Justement : elle est charmante !


M. DU PARC.

Mais il me semble que non.


M. DE S. BRICE.

C’est que tu ne te la rappelles pas.


M. DU PARC.

Et parbleu sifait ; n’est-ce-pas une grande fille, pâle, qui avoit mal à la poitrine ?


M. DE S. BRICE.

Oui ; mais ce mal-là n’est rien, notre Chirurgien Major l’a entrepris, il m’a promis qu’avant un mois elle seroit guérie.


M. DU PARC.

Si tu avois connu le notre ! il n’en manquoit pas des maladies de poitrine ; c’étoit bien le plus habile homme du monde. Achèves donc. Je parie que tu es amoureux de Mademoiselle Adélaïde.


M. DE S. BRICE.

Il est impossible de l’aimer davantage.


M. DU PARC.

Et t’aime-t-elle aussi, elle ?