Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



NICOLAS.

Madame, ne pourriez-vous pas m’enseigner où demeure Mlle Janneton ?


Mlle JANNETON.

C’est moi ; qu’est-ce que c’est ? (Elle prend la lettre & lit l’adresse.) Ah ! ma chere mere, c’est l’écriture de M. Discret.


NICOLAS.

Oui, c’est de sa part.


Mad. DE L’AIGUILLE.

De sa part ? (Prenant la lettre.) Voyons un peu ce qu’il chante.


Mlle JANNETON.

Je meurs de peur qu’on ne m’ait dit vrai.


Mad. DE L’AIGUILLE.

Allons, tais-toi donc. (Elle lit la lettre.)

Hum… hum… hum… hum… Mon cœur saigne de tous les côtés…


Mlle JANNETON.

Il lui est arrivé quelque malheur !


Mad. DE L’AIGUILLE, lisant.

Hum… quand je pense à Madame votre mere, hum… hum… hum… hum… Et comme le piedestal de sa vertu, a souvent fait des