Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pas avec lui, toujours ; s’il revient ici, je lui arracherai les yeux.


Mlle JANNETON.

Mais, c’est, peut-être, un faux rapport qu’on lui aura fait.


Mad. DE L’AIGUILLE, en colere.

Quand cela seroit vrai, je ne veux pas qu’on me le dise ; enfin, je te défends de penser à lui davantage.


Mlle JANNETON, pleurant.

Mais, ma chere mere, si je ne peux pas m’empêcher de l’aimer ?


Mad. DE L’AIGUILLE, en colere.

Quoi ! tu aurois ce cœur-là, d’aimer un vilain coquin, comme cela, qui t’insulte, qui insulte ta mere ? Je te torderois plutôt le col, que de souffrir que tu l’aimes encore après cela.


Mlle JANNETON, pleurant.

Mais, ma chere mere, comment voulez-vous que je fasse ?


Mad. DE L’AIGUILLE, en colere.

Aimes-en un autre, n’importe lequel, cela m’est égal, pourvu que ce ne soit pas lui.


Mlle JANNETON, pleurant.

Mais, si je ne le peux pas ?