Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


reux pour avoir le bonheur que de !… mais ; Mademoiselle, dites donc ?…


Mlle JANNETON.

C’est à ma chere mere à parler.


Mad. DE L’AIGUILLE.

Eh bien ! parlez, vous, je parlerai après.


Mlle JANNETON.

C’est que je disois, comme cela, à ma chere mere, que vous aviez envie de vous marier.


M. DUBOIS, fils.

Il est bien vrai que je n’y avois jamais pensé avant de vous avoir vu ; mais du depuis ce temps-là, je ne pense pas à autre chose.


Mad. DE L’AIGUILLE.

Tenez, écoutez-moi, mes enfans ; je ne suis qu’une femme, & je ne vais point par quatre chemins ; ce qu’on tient il ne faut pas le lâcher ; allez chercher Monsieur votre pere ; s’il est vrai que vous êtes son fils, cela sera bientôt fini ; voilà comme je suis, moi, voyez-vous.


M. DUBOIS, fils.

Ah, Madame ! ah, Mademoiselle Janneton ! Mais seroit-il bien vrai ? (Il se leve.) Dans ces occasions-là, il ne faut pas épargner, je m’en vais prendre un fiacre, & je reviens tout