Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nous le connoîtrons bientôt mieux, si vous voulez.


M. DUBOIS, pere.

Ah ! Dame ! écoutez donc, ce n’est pas parce que c’est mon fils ; mais c’est un grivois qui ne mange pas son pain dans sa poche, tel que vous le voyez, & si vous étiez d’humeur enfin… devinez ce que je veux dire.


Mad. DE L’AIGUILLE.

Ah ! voyez le gros fin ! bien attaqué, bien répondu ; pour moi je crois que Monsieur vaut bien Madame, & tenez, sans barguigner davantage, je dis qu’il faut les marier ensemble.


M. DUBOIS, pere.

Eh mais ! écoutez donc, si vous y consentez, je ne demande pas mieux.


Mad. DE L’AIGUILLE.

Tout de bon ?


M. DUBOIS, pere.

Assurément, quand on se connoît de longue main, c’est tout ce qu’il faut. Il a un bon emploi, il en aura un meilleur encore. Quand je serai mort, je donnerai à ma belle-fille, mon débit de tabac ; je crois qu’avec cela, mon fils est un bon parti.