Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mad. DE L’AIGUILLE.

Moi, je n’ai que Janneton d’enfans, ainsi tout ce que j’ai sera pour elle.


M. DUBOIS, pere.

C’est bien dit, je vous donne ma parole.


Mad. DE L’AIGUILLE.

Et moi, la mienne. Allons, embrassez-vous, mes enfans, voilà qui est fini. (M. Dubois, fils, embrasse tout le monde.) Allons, entrons chez nous, nous boirons un coup en causant de tout cela.


Mlle JANNETON.

Ah ! ma mere, voilà Monsieur Discret.


Mad. DE L’AIGUILLE.

Laissez-moi faire. Je m’en vais lui laver la tête.


Mlle JANNETON.

Bon, bon, ne lui dites rien, plutôt.


Mad. DE L’AIGUILLE.

Non, je veux en avoir le cœur net.


Mlle JANNETON.

Ah ! Monsieur Dubois !


M. DUBOIS, fils.

Ne craignez rien, je lui parlerai, moi, s’il dit quelque chose.