Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mad. DE L’AIGUILLE.

Oui, & le piedestal de ma vertu, qui a fait un faux pas. Attends, attends-moi.


M. DISCRET regarde M. Dubois, fils.

Quoi…


Mad. DE L’AIGUILLE.

Si je prends mon aulne, je te la casserai sur le corps, vilain coquin.


M. DISCRET.

Comment ! mais, cousin…


M. DUBOIS, fils.

Cousin ? je ne vous connois pas, Monsieur, passez votre chemin, ou…


Mad. DE L’AIGUILLE.

Tu ne veux pas de ma fille, en mariage, tu ne l’auras pas non plus ; car Monsieur l’épouse.


M. DISCRET.

Mais, c’est traître cela !


Mad. DE L’AIGUILLE.

Et tu n’as que faire de revenir jamais griffonner devant chez moi.


M. DISCRET.

Mais, écoutez-moi donc, Madame de l’Aiguille, Mademoiselle Janneton…