Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



M. DUBREUIL, pere.

Voilà du papier, de l’encre ; je reviendrai vous tenir compagnie bientôt.


M. TROTBERG.

Je suis ici avec ma porte-feuille, je lis tout cela.


M. DUBREUIL, pere.

Si vous avez besoin de quelque chose, appellez la Pierre.


M. TROTBERG.

Besoin, c’est nécessaire, je me souviens. Et la Pierre ?


M. DUBREUIL, pere.

C’est cet homme-là.


M. TROTBERG.

Cet homme-là, on l’appelle une Pierre ?


M. DUBREUIL, pere.

Oui ; c’est son nom.


M. TROTBERG.

Je entend bien ; c’est comme nous disons un arbre de noix, arbre d’olive.


M. DUBREUIL, pere.

Oui, du noyer, olivier.


M. TROTBERG.

Du noyer, noix ; olivier, olive. Je écris, permettez. (Il écrit.) Je finis.