Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/84

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



M. TROTBERG.

Je suis fort obligé, je demande bien pardon.


M. DUBREUIL, pere.

Vous vous moquez de moi.


M. TROTBERG.

Moi, non, je ne moque pas de vous ; moquer c’est comme rire, n’est-ce pas ?


M. DUBREUIL, pere.

Oui.


M. TROTBERG.

Oui ? j’ai écrit déja plusieurs fois, & vous voyez bien que je ne ris pas.


----

Scène II.

M. DUBRUEIL, M. TROTBERG, La PIERRE.




La PIERRE.

Monsieur, il y a un Monsieur, dans votre cabinet, qui vous attend.


M. DUBREUIL, pere.

C’est bon ; je vais y aller.


M. TROTBERG.

C’est un affaire, peut-être, il faut aller, marcher. Je suis fort bon ici.