Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



La PIERRE.

Oui, c’est moi, la Pierre, qu’il veut dire.


M. TROTBERG.

Est-ce qu’il n’est pas François, la Pierre ?


M. DUBREUIL, fils.

Pardonnez-moi.


M. TROTBERG.

Il ne sait donc pas les mots de son pays ?


M. DUBREUIL, fils.

Comment ?


La PIERRE.

Monsieur, il me dit le, quoi, quand, l’heure ; je ne sais pas si c’est Allemand ou François.


M. TROTBERG.

Vous voyez bien qu’il dit lui-même.


M. DUBREUIL, fils.

Je n’entends pas non plus. Mais si vous voulez quelque chose, dites-moi, & vous l’aurez.


M. TROTBERG.

Eh bien ! je veux le.


M. DUBREUIL, fils.

Le quoi ?