Page:Carnet de guerre d'Emile Chollet.pdf/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
95

On travaillera là-haut par 3 équipes de 8h et période de 32 heures — c’est une bonne méthode. —

L’autre équipe de Chevusson travaillera 6h de nuit. Mais tout cela me fait bien du travail ; je voudrais bien qu’il arrive un chef de section et mon Camarade Plantier — xxxxxxx

Enfin le 23 avril — au matin arrive un Aspirant pour commander la Section. Plantier est arrivé hier soir je pousse un soupir de soulagement ! N’empêche que tout est en route maintenant et que ça c’est pas l’Aspirant qui a eu la peine de le mettre ! C’est un nouvel arrivé à la Cie ; il a l’air assez bien ; nous verrons cela ! —

Nous voyons tous les chantiers. Le 25 vient le Capitaine il trouve que ça va — Mon travail à 1248 est très dur, nous sommes dans du terrain rocheux ; nous avançons en galerie il y a encore 20 mètres à faire et ensuite on sortira en puit au point culminant de la montagne — Nous sommes xxxxxxx en 1re ligne. —

En avant de 1248 sur l’autre versant sont quelques petits postes xxxxxxx Français, et c’est tout la ligne repart à gauche sur la « Brosse à dents » — Le secteur est assez tranquille cependant le 29 ils nous ont lancé pas mal d’obus dont un en plein sur l’entrée, brisant un chassis et les planches du [illisible], mais le mal n’a pas été très grand ; j’ai fait réparer le soir et déblayer le boyau. —

Je ne suis bien entendu pas continuellement au chantier, je viens deux fois par jour faire une tournée et mesurer l’avancement. En montant à 1248, il y a un boyau à ?[illisible], dans lequel, tous les 10 mètres il y a un masque mais cela n’empêche pas que l’on est